Artikel

Les pays européens reconstituent déjà leurs stocks de gaz pour l'hiver prochain

10/05/2022

Malgré la guerre en Ukraine et les perturbations de l'approvisionnement en gaz qui l'ont accompagnée, ainsi que des stocks historiquement bas au début de la saison hivernale, les stocks de gaz sont à peu près aussi pleins que l'année dernière. C'est la conclusion de la fédération européenne des gestionnaires de réseaux de gaz ENTSOG dans son Summer Supply Outlook 

Ce constat relativement encourageant s'explique par les températures douces de l'hiver dernier et par le fait que des pays comme la Pologne et la Lettonie ont commencé à stocker du gaz pour la période à venir dès le mois de février.  

Sur la base du degré actuel de remplissage de la capacité européenne de stockage de gaz, l'ENTSOG a également examiné quelles seraient les conséquences d'une interruption de l'approvisionnement en gaz en provenance de Russie. Toutefois, l'organisation elle-même note que la Russie n'a pas encore interrompu l'approvisionnement en gaz. En conséquence, les installations de stockage de gaz sont aujourd'hui remplies en moyenne à 31 %, soit 10 % de plus que le chiffre de début avril sur lequel l'exercice est basé.  

Chacun des trois scénarios démontre la dépendance au gaz russe. Même dans le scénario de base, où les stocks atteignent 90 % au 1er octobre et la totalité au 1er novembre, au moins 20 % de ce gaz proviendra toujours de Russie. Pour réduire cette part, l'Europe pourrait augmenter ses importations de GNL pendant les mois d'été. Mais si ces volumes supplémentaires étaient déjà disponibles sur le marché mondial, ce qui n'est pas si évident, ils risquent de se heurter à un manque d'infrastructures d'importation.  

Un autre scénario, dans lequel l'approvisionnement via le Belarus et l'Ukraine est interrompu, prévoit des problèmes principalement en Europe de l'Est. Les pays d'Europe occidentale - Royaume-Uni, Belgique, France, Espagne et Portugal - peuvent reconstituer entièrement leurs stocks, mais ne peuvent pas aider les Européens de l'Est car les capacités de transport sont trop limitées. En conséquence, l'Allemagne et la Pologne devront puiser dans leurs stocks dès les mois d'été pour répondre à la demande de gaz.        

Si la Russie avait déjà interrompu ses livraisons le 1er avril, la plupart des pays européens n'auraient pas été en mesure de respecter l'objectif consistant à remplir 80 % de leurs réserves de gaz pour le 1er octobre. Si l'on tient compte du fait que l'Europe exige même 90 % pour l'hiver 2023-2024, le tableau ne semble pas très optimiste. Dans les pays d'Europe occidentale, on pourrait encore atteindre 90 à 100%, mais aux Pays-Bas, en Allemagne et en Italie, qui représentent ensemble la moitié de la capacité de stockage européenne, le taux de remplissage resterait limité à 30 à 60%, et dans les pays d'Europe orientale à peine 5 à 35%. La Lettonie, l'Estonie et la Finlande devraient alors craindre des pénuries de gaz en été, et de nombreux pays d'Europe orientale devraient également puiser dans leurs stocks.  

Néanmoins, l'ENTSOG voit des points positifs. Par exemple, la mise en place rapide d'infrastructures supplémentaires pour le stockage et le transport du gaz peut renforcer la coopération entre les États membres d'Europe centrale et orientale. Des livraisons supplémentaires de gaz turc à l'Europe de l'Est, et des livraisons françaises à l'Allemagne, pourraient également contribuer à réduire la dépendance à l'égard de la Russie.